Conférence de presse Soral vs. Raptor : j’ai assisté au pire de la gogolerie des Internets français

Publié le Par

Le samedi 28 juillet à 16 heures avait lieu la conférence de presse d’avant-combat entre Alain Soral et le Raptor Dissident. Pour ceux qui sortent de prison, Soral, maître du logos sur Internet et Président de l’association à but lucratif Egalité et Réconciliation, a accepté dans un Tweet mythologique le défi de MMA lancé par Ismaël Ouslimani, alias le Raptor Dissident, youtubeur de droite et fan de musculation. Pour ceux qui viennent du passé en DeLorean, l’Internet français a atteint un niveau d’absurdité digne d’un film des Monty Python visionné en sniffant du trichlo et la France ressemble de plus en plus à un épisode de South Park. Sortez les popcorns. On était sur place.

 

Ejaculation précoce

 

Ce qui s’annonçait comme un clash d’anthologie a finalement accouché d’un bébé moche. Le Raptor n’était pas là. Il était en vacances aux Maldives et il semblerait que la conférence de presse se soit organisée dans son dos, par Dieudonné, humoriste et comparse de Soral. A la place, on a pris dans les gencives une vidéo du stage de préparation au combat d’Alain Soral, suivi d’une heure de soralisme. Maintenant, j’ai envie de vandaliser une boucherie casher à coups de manche de pioche. Bien joué.

C’est dommage car une bonne soixantaine de spectateurs avait fait le déplacement jusqu’à l’Ampoule, le nouveau théâtre de Dieudonné situé en banlieue parisienne, dans une zone morte de Châtillon. Il y avait là des métalleux à queue de cheval, des intellos fauchés, des beaufs de retour du camping, des moldus égarés, une poignée de skinheads en Adidas Samba Classic et quelques racailles portant leur traditionnelle sacoche en bandoulière qui les fait ressembler à un retraité dans une brocante. Il y avait surtout 99 % d’hommes qui, comme dans un club de strip tease, se regardent d’un air gêné, unis dans la transgression de tromper leur épouse déformée par trois grossesses.

 

Explication et séance de questions réponses

 

Comme toujours avec Alain Soral, un plus un égalent Israël. Pour résumer son discours : le Raptor Dissident et sa bande, à savoir Papacito du blog FDP de la mode et le dessinateur Marsault, sont téléguidés par les éditions Ring pour torpiller la dissidence soralienne et promouvoir chez les jeunes blancs – humiliés par un système qui les accuse de tous les maux – un mouvement de droite nationale et pro-sioniste, mouvement incarné par LaFranceLibre.tv, le média créé récemment par André Bercoff et Gilles-William Goldnadel. Le but premier serait d’encourager ces jeunes Français à se viriliser et à “monter une équipe” en vue de ratonner les maghrébins qui leur cassaient les bonbons à la récréation. Evidemment, il y a un piège machiavélique caché dans l’arrière-cuisine puisque l’objectif véritable serait en fait de déclencher en France une guerre civile qui profiterait à Israël. Oui, parce que selon Soral, il y a derrière le responsable de Ring, David Kersan, la main du franc-maçon Alain Bauer, et derrière Alain Bauer, les pieds d’Israël. Toutes les cases du complot judéo-maçonnique ont été cochées. CQFD les blaireaux.

Pourquoi cibler Alain Soral et son courageux mouvement de dissidence ? Parce qu’ils incarnent un projet de réconciliation nationale aux antipodes de la volonté israélienne de guerre civile en France. Pourquoi le Raptor Dissident qui n’a jamais écrit aucun livre serait-il soutenu par une maison d’édition ? Quels éléments prouvent la connexion de Ring avec Alain Bauer et la connexion d’Alain Bauer avec l’Etat hébreu ? Pourquoi Israël souhaiterait-il organiser en France la revanche de la guerre d’Algérie et pour y gagner quoi ? Parce que nique ta mère. Pourquoi Alain Soral moque-t-il les origines kabyles du Raptor si l’objectif est d’amorcer en France un processus de réconciliation ? Mais parce que chat perché.

 

Une arnaque à trois euros

 

L’événement était orchestré par l’humoriste Dieudonné qui a démontré, une fois encore, qu’il avait le sens des affaires d’un opticien de province, l’honnêteté en moins. L’associé d’Alain Soral a organisé une conférence de presse payante (trois euros via son site Dieudosphere.com) et visiblement sans journaliste, une première dans l’histoire du monde. Une buvette a été mise en place et il était possible, pour ceux qui souhaitaient perdre leur emploi, d’acheter une fringue à l’effigie du martyr. Dieudonné a repoussé les limites du marketing jusqu’à vendre un cocktail sans alcool au jus d’ananas, le fruit qui symbolise son combat contre le sionisme. Plus haut, c’est le soleil.



Il y a quand même eu quelques annonces à l’issue de cette presque conférence de presse.

 

1. Le combat entre Alain Soral et le Raptor Dissident aura lieu le 20 octobre, vraisemblement à l’étranger car le MMA est interdit en France (sous réserve de la décision du Raptor Dissident qui ne semble pas avoir été consulté).

2. Il sera possible de regarder la bagarre de l’année via Dieudosphere.com en s’acquittant d’une somme à définir (parce que Dieudonné a une famille à nourrir).

3. Le combat Soral vs. Raptor sera précédé de deux autres duels de MMA opposant des inconnus (histoire de justifier le prix du billet).

4. Dieudonné pense organiser d’autres combats, officiellement pour réconcilier des antagonistes quelconques à travers le sport (on attend le match retour entre Daniel Conversano et Alain Soral).

5. Le Raptor Dissident peut désamorcer la situation en présentant ses excuses (à genoux de préférence).

6. Soral se voit en combattant du Hezbollah et le Raptor est un sniper de Tsahal (c’est parti en sucette sur la fin, on a même eu le droit de la part de Dieudonné à un éloge de Kadhafi).

 

Ce n’est pas à un vieux singe que l’on apprend à faire des grimaces

 

Il y a, dans le panthéon de la beauferie française, une vanne qui illustre parfaitement cette sombre histoire. Un jeune coq débarque un jour dans une ferme. Il interpelle le vieux coq en charge depuis des lustres et lui annonce faire main basse sur les poules qu’il prévoit de culbuter comme dans un gonzo germanique. Le doyen s’insurge et pleurniche pour que le jeunot lui laisse au moins une ou deux femelles pour étancher sa libido en fin de vie. Devant son refus catégorique, il propose de trancher le débat en organisant une course jusqu’au puit. Comme il est âgé (60 ans cette année) et que la course n’est pas sa spécialité, le vieux demande au jeune de lui octroyer quelques minutes d’avance. Le con de jeune accepte, sûr de sa force. Le sexagénaire s’élance alors, suivi du jeunot qui lui emboîte le pas. Après quelques mètres, le plus jeune s’effondre, raide mort. Le vieux se retourne et voit le fermier, son fusil en main, qui hurle : “Par le Graal de l’Inframonde, c’est le huitième coq pédéraste que j’achète cette année!”. Oui, Vuillemin l’a mieux racontée dans l’Echo des savanes.

Si cette blague de fin de repas n’est pas à s’éventrer de rire, elle retranscrit avec justesse ce qu’il se passe dans ce ménage à trois de l’apocalypse. Alain Soral, coq de combat du Web et ceinture noire de sociologie, tente de piéger le Raptor Dissident en titillant son orgueil de jeune con. L’objectif est certainement de déstabiliser le Raptor avant le supposé combat, en le faisant passer pour un lâche tout en soignant son image de chevalier du logos, sans peur et sans reproche. Dieudonné joue le rôle du fermier dans cette histoire. Humoriste autant que chercheur d’or, il tente de s’incruster depuis le début, comprenant qu’il pouvait gratter quelques euros en jouant les guichetiers.

Ce n’est pas à sa grand-mère que l’on apprend à sucer les oeufs, comme ils disent au pays des burgers et de la peine de mort. En lançant ce défi, le Raptor Dissident a déclenché une tempête de merde qui risque bien de l’emporter. En vérité, il est tombé sur deux briscards de l’Internet qui ont l’habitude, plus que lui qui n’a que vingt-cinq ans, des coups tordus et de la communication de masse. Pour le moment, le Raptor semble un peu dépassé par l’ampleur pris par les événements. C’est d’ailleurs surprenant pour quelqu’un censé bénéficier du soutien d’Israël. Il devrait être conseillé par une armée d’avocats et de spin doctors, non ?

Alain Soral a exprimé au moins une chose de juste pendant cette conférence de presse. Ce combat (qu’il ait lieu ou non) démontre que nos gesticulations dans la Matrice peuvent avoir des conséquences dans la vraie vie. C’est ce que Soral appelle “le retour au réel”. C’est vrai que la virtualité du net nous fait parfois oublier que, quand on marche sur une mine, on finit souvent par danser la polka avec des béquilles.