Nourriture en poudre, soleil vert de tout bon LinkedInien

Publié le Par

Chacun doit faire des efforts. J’ai l’impression qu’on est dans ce genre de démarche depuis ma naissance, mais qu’on a réenchanté cette bonne vieille idée libérale depuis que nos députés sont d’anciens DRH ou entrepreneurs. Il n’est pas rare, aujourd’hui, de voir des un-peu-plus-que-smicards se sentir légitimes à faire des Ted Talk sans public parce qu’ils turbinent à Station F avec un pull floqué du nom de leur bo?te et un terme anglais pour nommer leur taf. À l’apéro, ta seule démarche c’est de décompresser en rotant ta bière sans leur souffler le délire à la gueule. Pas eux. Ils te font un aqua avec leurs pets, saveur développement personnel, optimisation de l’employabilité et autres morning routines.

Les morning routines justement, que je pensais jusqu’alors cantonnées aux statuts des Linkediniens, ont atterri dans le monde physique, tout du moins dans le mien, au détour d’une conversation dans la soirée de la veille. C’est également pendant cette dernière que j’ai pu voir que la smartfood, dont Feed. est la tête de gondole en France, avait un pied dans la porte des open-spaces.

Si vous bossez dans une startup ou une PME rincée qui veut en avoir la couleur, vous avez sérement pu observer ces spécimens qui sirotent ce nectar dystopique devant leurs tableaux Excel.

Soirée de la veille donc, ambiance chemises oxford et bières servies dans des verres. Des gens très bien, tout à fait fréquentables, parlaient citron pressé dans un verre d’eau tiède, méditation et autres forfanteries, qu’ils substituaient à trente minutes de sommeil. Apparemment les plus grands de ce monde – Musk, Zuckerberg et consorts – se plieraient à une sorte d’orthopédie matinale quotidienne, dont ils tireraient force et succès. ?a donnait à peu près ça. Je discutais avec des Marc et Antoine, quand Alban, revenant des chiottes à moitié débraillé, la moustache mouchetée de coke, intervint dans notre petit attroupement, pensant siffler la fin de la récré d’une conversation dont il n’avait pas entendu un tra?tre mot :

– Les routines matinales, c’est vraiment un truc de fils de pizza?olo de province ayant fait une école de commerce de seconde zone.

– Mon pfère est festaurateur à Gwenoble, enculé ! commença à beugler Hugo derrière nous, la voix étouffée par un toast.

– Et t’as fait un bachelor à Skema, tu dois bien te tirer la nouille devant les vidéos de Maxime Barbier, se moqua Anthony en nous rejoignant.

– Fermez-là, le seul truc efficace, c’est les micro-siestes de cinq-dix minutes pour réduire son temps de sommeil, dit Alban en se machouillant nerveusement la lèvre inférieure.

Je connaissais pas ces gars en fait. C’étaient des potes de potes, mais j’avais l’impression qu’on jouait à un espèce de jeu d’alcool CSP+ dont les mécaniques m’échappaient. Comme disait Philippe Pétain : “Tout est question de prendre le train en marche.”

Je pensais vaguement saisir les codes et me suis lancé avec un sourire :

– Fermez-la, le vrai truc c’est de manger de la nourriture en poudre mélangée avec de l’eau pour éviter de perdre du temps à midi, le truc là, Feed., la poudre en bouteille.

Ils me regardèrent tous, un ange passa en prenant bien son temps. Je m’apprêtais, honteux, à devoir expliquer l’ironie du truc. C’était assez pénible.

– Ah toi aussi t’en prends du Feed. ?
– Y en a plein mon Franprix, dit Hugo qui venait de finir son toast et dont le col de chemise était moucheté de miettes.
– Ah ouais j’ai vu plein de pubs sur Facebook, dit Alban. J’voulais essayer, car j’bosse dans le 2ème et ça me coéte un bras de manger correctement le midi.
– Perso, j’bouffe plus que ça le matin et le midi, dit Marc, ça me permet de gagner du temps.

Du temps. Gagner du temps. C’est donc ça. C’est à ce moment-là que j’ai capté que la disruption de la pause repas est la nouvelle lubie d’une génération biberonnée aux logiciels d’optimisation de la productivité, comme peuvent l’être Trello, Calendly ou Koober. C’est la proposition de valeur de l’entreprise Feed. : une liberté retrouvée, loin du vieux monde, celui des repas partagés à table.

 

src=https://www.feedsmartfood.com/wp-content/uploads/2018/03/visuel_03.jpg
Humaine évoluée contemplant la nourriture des hommes de l’Ancien Monde, songeant à la vacuité de la mastication en présentiel alors que trois gorgées pendant un skypecall de deux minutes suffisent.
 

Mais à partir de quel moment peut-on se dire que manger de la bouffe d’astronaute est une bonne idée, en tant qu’espèce ? Je veux dire, ça ressemble un peu à de la mauvaise science-fiction des années 1960, non ?

 

src=https://i.imgur.com/FLV03Qh.png
Alors forcément, comme toute “innovation”, on a droit aux forceurs de service qui ont lu 1984 et Le Meilleur des mondes comme des didacticiels.
 

src=https://i.imgur.com/ePKASLG.png
On a aussi droit au plan de com’ avec les bons vieux influenceurs, suivis par des armées de matrixés en quête de solution clé en main pour 5 % d’augmentation annuelle.
 

style=width:
Un peu de smartwater dans votre smartfood, devenez une sorte d’Avenger de la Nation Française.
 
Je peux comprendre que le top management apprécie. La plupart des startups ont déjà mis en place des optimisations sur la plupart des t?ches et automatisé celles qui dégagent peu de valeur ajoutée. Si en plus de ça on peut éliminer la pause déjeuner, c’est bingo.

On nous brasse avec cette sacro-sainte productivité alors que pléthore d’études nous disent qu’on ne devrait pas commencer à taffer avant dix heures, faire des pauses toutes les heures et des siestes pour être efficace. Feed. intervient dans ce contexte. Le pitch, c’est de dire qu’on s’alimente mal (ce qui est vrai), avec un bon vieux sandwich triangle humide quand on n’a pas le temps. On nous propose donc de manger encore plus vite, avec encore moins de saveurs et d’interactions. Pourquoi ne pas renverser la perspective et se dire qu’on est dans un monde du travail vicié où les salariés n’ont plus le temps de faire ce que la loi les autorise à faire ? Genre juste respirer, manger, discuter, aller poser sa crotte en lisant Pif et Hercule. En est-on arrivé à un moment où les légumes sont si peu nutritifs qu’on doit remplacer tout ça par un potage gris pour atteindre notre volume d’apports nutritionnels ? Là où ça devient encore plus glauque, c’est quand ça dépasse le cadre du travail et qu’on est dans l’optimisation même pendant le temps libre. Pile ce que la bo?te cherche à véhiculer dans ses publicités sociales.

Donc les créatifs se sont dit : “ Tiens, si on foutait des meufs secouables en vacances sur un bateau dans une crique, buvant du breuvage cheap à trois euros ? ”

 

Vous voyez la situation. Vous venez de booker dix jours dans le sud de la France, espérant profiter de la crique du Layet :

“ Ok, Cindy, j’ai réservé la villa, va faire le stock de Feed. sinon on sera obligés de mastiquer sur notre bateau à six cent cinquante euros la journée. ”

Avec leurs conneries MaximeBarbiesques, nos pratiques sociales deviennent des commodités. Mais allons plus loin, après tout. Pourquoi se rencontrer alors qu’on peut se parler sur Messenger ? Pourquoi prendre le temps de raconter ce qu’ils peuvent déjà savoir en suivant nos stories sur Instagram et Snapchat ? Pourquoi faire l’amour en prenant son temps alors qu’on peut jouir en quelques secondes ? Pourquoi vivre en fait ? Le grand secret de ce petit Soleil Vert en bouteille goét tomate poivron curcuma n’est pas qu’il est constitué de nos morts comme dans le film éponyme , mais simplement de notre ?me. Autrement dit, ce qui fait de nous des humains.

Bon app the teeth.