Ô Belgique, ô mère Patrie

Ô Belgique, ô mère Patrie

La Belgique est un pays tellement cool que la plupart des français - excepté les primitifs du Sud - tentent tant bien que mal de s’y raccrocher. Ici même, chez le Panda, de nombreux collègues et néanmoins ami(e)s très chers, que je ne citerai pas afin de préserver leur dignité, essaient par tous les moyens de se racheter une virginité et n’hésitent pas à clamer leur proximité avec le magnifique Plat Pays. L’un(e) affirmera sans aucune vergogne que :
 

« Non mais tu sais, moi en fait, je suis à 25% Belge».


Dommage qu’il te reste les autres 75%. L’autre, sans rougir, m’assène le plus fièrement du monde que :
 

« Bah, je viens de Lille hein, c’est comme si c’était la Belgique ».


La consanguinité en plus. Ok, nous on touche aux enfants mais pas ceux de la famille, c’est sale. Un autre encore - ou alors était-ce le même je ne sais plus - me dit :
 

« J’ai plein de potes belges. Tous les belges que je connais sont tellement sympas ».


Oui c’est vrai, regarde comme je suis sympa. Tu m’offres une petite pipe maintenant ?

Un dernier avoue « J'ai vécu une année à Bruxelles. Je connais pas bien mais c’était tellement cool ». Ouais donc tu ne connais pas en vrai, t’y passais juste pour te rendre en Hollande acheter ta drogue. Mais bien essayé. Toutes leurs affirmations sont totalement vraies mais, malgré tout l’amour que je leur porte individuellement, cela ne fait pas d’eux des sujets de ce brave Philippe Ier, septième souverain du Royaume de Belgique. Loin s’en faut.

Pour reprendre la célèbre sentence des Snuls (Les Nuls mais en bruxellois et en mieux) :
 

« La Belgique est un plaisir et doit le rester. »


Cette simple phrase, ces neuf petits mots, résument à eux seuls la puissance du petit royaume. Tellement petit qu’en partant du centre et en roulant une heure trente en voiture, en respectant les limitations de vitesse, on quitte obligatoirement le pays. La Belgique est rare et, c’est bien connu, ce qui est rare est cher. Mais comme c’est souvent le cas, il m’a fallu quitter ma patrie pour comprendre tout cela et me rendre compte de l’incroyable coolitude de ce pays.

 

"J’aurais pu citer Jean Claude Van Damme, mais on ne touche pas à Jean Claude. Personne. Jamais."

 

Le belge est comme le québécois, l’accent dégueulasse et le patronyme ridicule en moins (on ne trouvera aucun belge pour s’appeler Luc Plamandon ou Robert Charlebois). Quoi que. Un mec à la cool, mais un peu fourbe sur les bords, a bien compris que pour préserver sa culture intacte il fallait refourguer les brebis galleuses à quelqu’un d’autre. Comme le petit dernier d’une portée de chatons, totalement stupide mais si mignon, que l’on n'a pas le cœur à noyer. Exit donc Johnny Hallyday, Lara Fabian, Fréderic François, Franck Michael, Plastic Bertrand et tant d’autres. Nous on n’en veut pas. On trouvera toujours un voisin un peu simple d’esprit pour s’en occuper et les aimer. J’aurais pu citer Jean Claude Van Damme, mais on ne touche pas à Jean Claude. Personne. Jamais. Jean Claude, Eddy, Le Grand Jacques. On ne touche pas aux Dieux.

 

 

Pour bien comprendre, il faut savoir que sur un espace vingt fois plus petit que la France, on y parle trois langues. Sans compter les patois. Et cette patrie, déjà petite, est divisée en trois régions (ayant chacune son gouvernement) et trois communautés (avec chacune sa langue), qui ne sont pas les mêmes. Un beau bordel. Mais, encore une fois, tirons-en le meilleur. Comme personne ne comprend vraiment cet endroit, pas même nous, personne ne peut le gouverner. Pas grave, on se drive tout seuls. Cinq cent quarante et un jours sans gouvernement, record du monde. Et le pire c’est que ça fonctionne bien mieux comme ça. Comme si ça ne suffisait pas, au pays, le créateur du musée du slip a instauré le Coup d’Etat annuel. Chaque année, à date fixe. Sauf s’il pleut. Voilà, ça explique tout.

 

"Vous savez comment on reconnait un bon artiste français ? Non ? C’est simple, il est belge"

 

Mais pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus de la haute coolitude de ce Grand Royaume, sachez que là où d’autres ont comme symbole national une vieille tour rouillée, une tour penchée, une statue de femme qui tient une flamme ou encore un Christ sur une croix géante, les Belges ont un gamin à poil en train de pisser. La Belgique compte presque autant de bières différentes que de villages (ce qui explique beaucoup de choses), compte plusieurs titres de champions du monde de barbecue et aime prouver sa supériorité en envoyant un acteur trisomique rafler un prix d’interprétation au festival de Cannes. D’ailleurs, vous savez comment on reconnait un bon artiste français ? Non ? C’est simple, il est belge. Oui le belge est taquin, mais aime aussi rire de lui-même.

 

"La Belgique abrite aussi bien des secrets que des génies"

 

La Belgique abrite aussi bien des secrets que des génies. La femme la plus classe de l’histoire, Audrey Hepburn, et l’inventeur de l’Internet, y sont nés. Si cela ne vous suffit pas, retenez bien que l’uranium qui a servi à raser Hiroshima provenait d’une mine belge. Franchement, ce pays est tellement fou et tellement cool qu’aucun mot, aucun article, aucune étude ne pourra englober la totalité de cette simple chose que tout le monde nous envie : « être Belge ». Alors, oui, beaucoup nous aiment, mais sachez que nous, nous aimons surtout ceux qui ne nous aiment pas. Parce que nous sommes comme ça. Même nos faits divers sont plus cools que les autres. Alors, le belge a certes ses défauts, il aime un peu trop les enfants des autres et la bière, mais comment en vouloir à un pays dont le championnat de foot s’appelle « Jupiler Pro League » ?

Du même auteur