Laissez Jul tranquille !

Laissez Jul tranquille !

JUL, rappeur en chef de la scène française, vient de commettre un double meurtre ! Il a d’abord assassiné le Code la route en réalisant une pointe à 160 km/h sur l'autoroute. Histoire d’être sûr de finir en garde à vue, il conduisait défoncé comme un coureur du Tour de France à qui on aurait injecté du sang de cheval et avait embarqué un calibre dans la boîte à gants, rangé entre le rouleau de papier toilette et les pastilles Vichy. Fort de son succès, il a ensuite collé à la langue française une balle entre les deux yeux avec un message d’excuses orthographié au lance-flammes : quinze fautes en deux phrases. Record de France battu.

Là, sans surprise, JUL(ien) se fait rouler dessus par la twittosphère, puis par les médias qui, comme souvent, sont allés chercher leur sujet du jour sur les réseaux sociaux. En communication, on appelle ça un suraccident médiatique, ou comment j’ai tenté d’éteindre ma maison qui brûle en lançant des bonbonnes de laque dans les flammes. Pour te faire gagner du temps, voici en résumé la teneur des articles : JUL conduit plus mal qu’il ne chante, mais moins qu’il n’écrit. On est tous d'accord.
 

Le niveau d'alphabétisation de JUL est mort noyé depuis longtemps.


Le cadavre de sa scolarité flotte dans la Vologne, ses poumons gorgés d’eau, la peau plissée par des années d'immersion. Pour autant, cogner sur JUL à coup de tweets vengeurs, c'est dérisoire comme tirer sur un tétraplégique avec un pistolet à impulsion électrique. Sérieusement, les rageux, vous vous attendiez à quoi ? À ce qu’il remarche sous l'effet de l’électrochoc et nous coure un cent mètres !?

Réveillez-vous. JUL, c'est le porte-drapeau gras du bide de la génération Segpa. Il est marketé pour adresser les boutonneux en crise et les sections sport-études des collèges ruraux. Ce sont des endroits hostiles où l'on mange de la viande crue en jetant des canettes de bière sur les perdreaux ; des jungles décentralisées où l’on dérape sur la place du village avec des mobylettes armées de pots Ninja. Je le sais. Je viens de la campagne en perdition, justement.
 


À aucun moment, JUL cholestérol ne va nous sortir un poème baudelairien ou se lancer dans un doctorat en médecine moléculaire pour découvrir un vaccin contre le cancer. Ça n’arrivera pas ! Il est programmé pour brailler des chansons composées de trente mots de vocabulaire - vérifie par toi-même - et, s’il utilise un vocodeur, c’est autant pour améliorer la qualité de son flow que pour éviter que ses paroles ne te crèvent les deux tympans. Personne ne souhaite vivre dans un pays composé à 100 % de sourds dingues. Je le sais. Ma grand-mère est sourde, justement.

L'amour de la tête de veau n'empêche pas un joli port de tête. On a tous écouté des bouses chantées par des illettrés, pendant nos années de pucelage. Moi-même, je me suis infusé des doses létales d’eurodance. Confession intime : j’ai eu les disques de 2 Unlimited, de Corona et même d’Ace of Base, la version discount d’ABBA. C’est pourquoi, compte tenu des circonstances, je me permets de solliciter votre indulgence.

Quand la mode est à la bienveillance, à quoi bon raffaler un corbillard…

Du même auteur