Gregory Logan : enfin une preuve que l'homme peut péter avec la bouche

Gregory Logan : enfin une preuve que l'homme peut péter avec la bouche

En rentrant de soirée, titubant, l’esprit embrumé par les litres de bière dûment ingurgités, les idées chatoyantes, il me prend régulièrement l’envie de sortir mon sexe de taille moyenne pour me palucher sur mon propre génie. Démarche erratique, parlant tout seul comme un marginal, je dois probablement effrayer les passants. Mes réflexions sont mon armure, ces idiots ne sont pas mes égaux, et dans un monde idéal, je devrais débouler sur scène pour diffuser mon savoir et mes analyses sur l’humanité, la science ou la politique. À défaut de pouvoir daily vloguer mon égotrip comme le fondateur de MinuteBuzz, mais avec tout autant de “YouTube énergie”, je décide tout de même que cette denrée rare d’intelligence doit a minima finir sur mon bloc note, histoire qu’elle ne se perde pas.

Le lendemain matin, après avoir glavioté les restes de la soirée, relisant ma prose, le constat est sans appel : je suis un putain de crétin des Alpes. À mon sens, l’humanité se divise en deux catégories : la première aux idées merguez, la seconde aux idées merguez, mais trouvant tout à fait légitime d’en faire un barbecue en live sur le net.

 

 

On le sait, LinkedIn est utilisé comme Facebook par les gens qui n’ont de loisir que leur profession. Comme tout réseau social, à l’ère de la monstration de soi, la plateforme a vu émerger des influenceurs. Cette population mal dégrossie qui ne vit que pour et par son job a décidé de réenchanter le monde de l’entreprise à grands coups de truismes grandiloquents. Rien d'illogique après tout, nous avons un président qui s’essaie aux alexandrins pour te dire de remercier le ciel pour ton job de chauffeur Uber à trois euros la course.

Ces gens biberonnés aux livres de marketing et aux romans de plage pour s’évader pendant les vacances en club, agissent comme une micro-société avec une culture propre. Sauf que le plafond de verre, c’est Marc Levy & Paolo Coelho, des livres “qui changent une vie”. Dans ce monde de l’ultra-productivité, Gregory Logan offre un niveau de saturnisme de huit sur l’échelle de Maxime Barbier.

 

 

Incarnant sa boîte sur le réseau social professionnel, il est le CEO de The Shared Brain, une “startup” proposant une disruption du brainstorming. Tu sens déjà poindre le bout de verge de taille moyenne pour la masturbation ?

À longueur de posts LinkedIn, Gregory Logan égrène les thèmes éculés de l’idéologie messianique américaine du self-made man qui donne des tips à ceux qui ne voient pas encore la matrice. Le paradoxe réside entre ce que l’on appelle communément la proposition de valeur de son entreprise et ce qu’il essaie laborieusement de diffuser à coup de citations quotidiennes idiotes. Sa boîte offre un brainstorming premium aux entrepreneurs alors qu’il est communément accepté qu’une idée vaut peau de zob car seule l’exécution compte dans la réussite d’un projet entrepreneurial.

Je ne sais pas si Gregory Logan est une vraie personne ou un troll talentueux en pleine performance. Je pense qu’il a au moins le mérite d’être un bon matériel humoristique et c’est pour moi la réelle proposition de valeur de ce pitre.

 

 

Le mec est un génie, il se sert des carences de son école à cinq mille l’année pour recruter un “mieux qu’un prof”, autrement dit moins reuch, pour disrupter le soutien scolaire et faire payer ses camarades. T’as envie d’être son pote.

 


École de la vie, qualité Léa Seydoux.

 


Comme Maxime Barbier, Greg Logan conceptualise l’énergie.

 


Je me demande si le mec rationalise également le machouillage de son petit dej et les coups de fil avec la daronne. Il a peut-être un trello de baise mensuel, qui sait.

Ok, respirez, lancez une bande originale de Hans Zimmer, et pensez à ce que pourrait accomplir Gregory Logan s’il était mis sur des gros dossiers au service emailing chez SpaceX lors de la conquête de Mars.

 

Une chose est sûre, Gregory Logan entre clairement dans mon Panthéon de la Saturnisme League et j’attends désormais avec impatience le crossover avec Maxime Barbier !

Du même auteur